dimanche 10 novembre 2013

Bêtes de tranchées





Bêtes des tranchées , une hommage au livre de Éric Baratay







Je suis couché sur un champ de bataille


Blessé


Je pense avoir vu mon sergent mourir


Une de ses jambes portant sa botte


Git près des mes sabots


J'entends les rats visiter ses entrailles


Ils se donnent de la peine pour se nourrir.


Maintenant je me souviens:


J'ai galopé sur un obus


Qui m'a propulsé dans l'air comme un pigeon colombin avec ses

ailes écrasées


Soudain un chien de guerre vient me secourir


Il lèche mon ventre ensanglanté


Devant et derrière moi des soldats crient

Ils sont presque aveugles dans ce champ ou

Brouillard et fumée se mélangent



Nous, les animaux, nous entendons les cris bien plus fort


Nous sentons l'air empoisonné


Et nous voyons les nuages de mouches qui approchent


Signalant notre fin.



Écrit par un cheval de guerre, Yser, le 22 octobre 1914.
Enregistrer un commentaire